Quelles sont les différentes parties du tensiomètre ?

Un tensiomètre est un outil que l’on emploie pour prendre sa tension. Si vous voulez en faire usage, il faut commencer par en connaître les différentes parties. Ce problème sera résolu dès que vous finirez la lecture de cet article.

Le brassard gonflable

Le brassard gonflable est la partie la plus imposante et la plus remarquable d’un tensiomètre. C’est grâce à ce détail que l’on peut prendre la mesure. Il s’agit de la partie en bande ou en caoutchouc. Tout dépend de l’investissement réalisé et de la marque de conception. Il est clair que sans cette partie, l’on n’aurait pas de tensiomètre.

C’est une partie conçue pour permettre d’entrer en contact avec le patient. On le colle sur le bras de la personne. Si vous pouvez négocier et obtenir le brassard le plus serré et le plus tenace, vous faites une bonne affaire.

L’utilisation du brassard est simple. Il suffit de glisser le bras du patient à l’intérieur, comme pour un brassard de capitaine lors d’un match de football. Vous n’avez qu’à le porter jusqu’au bras et à fermer. Cela ne doit pas trop serrer parce que la poire ne servirait plus à rien dans ce cas.

Le système de mesure

Le système de mesure porte les chiffres. Il s’agit de cette partie que l’on regarde en permanence dès que l’on a mis le brassard. Il faut préciser que l’on ne peut pas avoir une bonne mesure si le système de mesure est défaillant. C’est pour cette raison que l’on considère cette partie comme le poumon du tensiomètre. C’est le moteur que l’on ne peut négliger.

Le système de mesure peut être facilement amélioré. L’on n’a alors plus accès au manomètre classique. Si vous suivez de près les tendances, certaines marques ont réussi déjà à apporter de la nouveauté à ce niveau sur leur outil. C’est pour cette raison que l’on a des tas de tensiomètres nouvelle génération.

Il est à noter que le stéthoscope complète la mesure faite par le manomètre. Cela ne fait pas partie du tensiomètre.

La poire

La poire est la partie qui se remplit d’air et se vide à chaque pression. C’est à ce niveau que l’on serre le brassard. Tout l’air transite par le tube pour se déverser dans le brassard chaque fois que les doigts appuient dessus. Par ce procédé, l’on titille les aiguilles ou les chiffres du manomètre. Il faudra presser la poire jusqu’à ce que cela soit assez serré pour que l’on sente le pouls du patient.

La poire est souvent en caoutchouc.

Le tube de liaison

Toutes les parties que l’on vient de citer ne sont pas distinctement installées. L’on n’aurait pas la possibilité de prendre une bonne mesure dans ce cas. Il faudrait que la liaison soit faite. Cette partie est donc aussi importante que tout le reste.

Il s’agit du tube. C’est le détail qui permet d’avoir un brassard gonflable, un système de mesure et une poire en connexion. Lorsque cela est en mauvais état, le tensiomètre n’est pas opérationnel. Il n’offre pas une mesure objective et scientifiquement recevable.

A voir aussi :
Quelle console famille ?