Comment Warren Buffett prend des décisions. Le secret de son succès d’investissement

Le secret du mythique Warren Buffet

Warren Buffett est considéré par beaucoup comme le meilleur investisseur en actions jamais vu. Malgré une erreur occasionnelle, les stratégies de placement de Buffett sont inégalées. En 1956, à l’âge de 26 ans, sa valeur nette était estimée à 123 000 euros. Les sites d’information financière estimait sa valeur nette à la fin de 2016 à 64,19 milliards d’euros, un taux de croissance annuel composé étonnant de 24,5%.

En revanche, l’indice S&P 500 a connu une croissance moyenne de 6,79% et la plupart des fonds communs de placement n’ont pas réussi à égaler le rendement annuel de l’indice S&P 500 de façon constante, et Buffett a obtenu ces rendements alors que la plupart de ses concurrents ont échoué.

Selon John Bogle, l’un des fondateurs et ancien président du conseil d’administration d’un consortium financier, “il est évident que les rendements des fonds d’actions accusent un retard considérable sur le marché boursier, largement attribuable au coût, et que les rendements des fonds d’investissement accusent un retard important, principalement attribuable à une synchronisation contre-productive du marché et à une sélection de fonds”.

Pourquoi Warren Buffett a-t-il réalisé des gains extraordinaires par rapport à ses pairs ? Quel est son secret ?

Une perspective à long terme

Connaissez-vous quelqu’un qui possède les mêmes actions depuis 20 ans ? Warren Buffett détient trois titres (Coca-Cola, Wells Fargo et American Express) depuis plus de 20 ans. Il possède une action  Moody’s depuis 15 ans, et trois autres actions : Proctor & Gamble, Wal-Mart et U.S. Bancorp, depuis plus d’une décennie…

Certes, les antécédents de M. Buffett depuis 50 ans ne sont pas parfaits, comme il le souligne de temps à autre.

Berkshire Hathaway : Pique chez le PDG Seabird Stanton a motivé son rachat de l’entreprise textile en faillite. M. Buffett a admis plus tard que l’achat était “l’action la plus stupide que j’aie jamais achetée”.

Energy Future Holding : Buffett a perdu 0,88 milliard d’euros, admis avoir commis une énorme erreur en ne consultant pas son associé de longue date Charlie Munger avant de conclure l’achat : “Je ne voudrais pas partager le mérite de ma décision d’investir avec qui que ce soit d’autre. C’était juste une erreur, une grave erreur.”

Wal-Mart : Lors de l’assemblée des actionnaires de Berkshire Hathaway en 2003, M. Buffet a admis que sa tentative de chronométrer le marché s’était retournée contre lui : “On en a acheté un peu, et il est monté un peu, et j’ai pensé qu’il reviendrait peut-être”.

Même avec ces erreurs, Buffett s’est concentré sur les gros paris qu’il a l’intention de faire pendant des décennies à venir. Un horizon de temps plus long lui a permis de profiter d’occasions que peu d’autres ont la patience de saisir. Mais comment a-t-il été capable de faire ces paris à succès en premier lieu ?

Pourquoi certaines personnes réussissent mieux que d’autres ?

Les philosophes et les scientifiques cherchent depuis longtemps à déterminer pourquoi certaines personnes réussissent mieux que d’autres à bâtir leur richesse. Pendant des siècles, les gens ont cru que leur destin, y compris leur richesse et leur statut, dépendait de la faveur capricieuse des dieux païens, et plus particulièrement de celle de Tyche (grec) ou de Fortuna (romain).

L’expansion des religions judéo-chrétiennes et islamiques et leurs concepts de “libre arbitre” ont conduit à la croyance générale que les individus pouvaient contrôler leur destin par leurs actions, ou leur absence d’actions.

La science moderne, en particulier la psychologie et les neurosciences, a avancé une théorie des déterminants biologiques qui contrôle les décisions et actions humaines. Cette théorie suggère que le libre arbitre pourrait ne pas être aussi “libre” qu’on le pensait auparavant. En d’autres termes, nous pouvons être prédisposés à certains comportements qui affectent la façon dont nous traitons l’information et prenons des décisions.

Biologistes et psychologues évolutionnistes ont développé une variété de différentes théories pour expliquer la prise de décision humaine. Malgré la perception qu’un QI élevé est nécessaire pour bâtir la richesse, étude après étude indique que le lien entre la super-intelligence et la réussite financière est pour le moins douteux. L’étude du Dr Jay Zagorsky  n’établit aucune relation étroite entre la richesse totale et l’intelligence : “Les membres de Mensa se classent parmi les 2% des personnes les plus brillantes de la planète, mais la plupart ne sont pas riches et ne sont certainement pas les 1% les plus riches financièrement”, selon un porte-parole de l’organisation.

Une étude scientifique a noté que le fonds s’établissait en moyenne à 2,5% par an pour une période de 15 ans, alors que le S&P 500 s’établissait en moyenne à 15,3% pendant la même période. Un membre a admis que “nous pouvons foirer plus vite que quiconque”, tandis qu’un autre a décrit sa stratégie d’investissement comme “acheter à bas prix, vendre à bas prix”, et Buffett n’a jamais prétendu être un génie.

Lorsqu’on lui a demandé ce qu’il enseignerait à la prochaine génération d’investisseurs à l’assemblée annuelle 2009 de Berkshire Hathaway, il a répondu : “Dans le secteur des placements, si votre QI est de 150, vendez 30 points à une autre personne. Vous n’avez pas besoin d’être un génie…Ce n’est pas un jeu compliqué ; vous n’avez pas besoin de comprendre les mathématiques. C’est simple, mais pas facile.”

Plus tard, il a élargi la pensée : “Si le calcul ou l’algèbre étaient nécessaires pour être un grand investisseur, je devrais retourner à la livraison de journaux.”

“Rational Man” des économistes

Les économistes ont historiquement fondé leurs modèles sur la présomption que les humains prennent des décisions logiques. En d’autres termes, une personne confrontée à un choix concilie certitudes et risques. La théorie de la valeur attendue suppose que les personnes confrontées à des choix choisiront celle qui a la plus grande combinaison de réussite attendue (probabilité) et de valeur (impact).

Une personne rationnelle modéliserait toujours la fable de la fourmi industrieuse dans la fable d’Esope, pas la sauterelle insouciante. L’idée que les gens prendraient des décisions contraires à leurs intérêts est inconcevable pour les économistes qui, pour être justes, reconnaissent les défauts de leurs modèles.

L’économiste suédois Lars Syllnotes a évoqué qu'”un modèle théorique n’est rien de plus qu’un argument, qu’un ensemble de conclusions, découle d’un ensemble fixe d’hypothèses. Les économistes supposent des systèmes stables et des hypothèses simples, alors que le monde réel est en constante mutation.” Paraphrasant la célèbre citation de H.L. Mencken, il existe toujours un modèle économique simple [solution bien connue] pour chaque problème humain. Cette notion est nette, plausible et fausse.

L’homme naturel des psychologues

Selon un professeur d’université renommée, les humains sont naturellement enclins à rechercher les solutions qui nécessitent le moins d’énergie possible. Dans le monde réel, nous avons de la difficulté à différer la gratification immédiate pour la sécurité future, à choisir les investissements les mieux adaptés à nos objectifs à long terme et à notre profil de risque et à agir dans notre meilleur intérêt financier. La recherche psychologique suggère que la difficulté est ancrée dans notre cerveau – comment penser et prendre nos décisions.

Des chercheurs affirment que les humains sont “des malentendants intellectuels”, préférant faire aussi peu que possible pour réfléchir. Le cerveau utilise plus d’énergie que tout autre organe humain, représentant jusqu’à 20% de l’apport total de l’organisme. Lorsque les décisions portent sur des questions plus éloignées de notre état actuel en distance ou en temps, on a tendance à différer le choix.

Pour autant que nous le sachions, le cerveau de M. Buffett est semblable à celui d’autres investisseurs et il éprouve les mêmes impulsions et les mêmes inquiétudes que les autres. Tandis qu’il ressent les tensions qui surgissent chez tout le monde lorsqu’il prend des décisions, il a appris à contrôler ses impulsions et à prendre des décisions raisonnées et rationnelles.

Notre système à deux cerveaux

Des études scientifiques avérées fournissent de nouvelles perspectives sur la prise de décision, peut-être la clé du succès de Buffett. Elles émettent l’hypothèse que chaque être humain utilise deux systèmes de traitement mental (Système 1 et Système 2) qui fonctionnent ensemble de façon transparente la plupart du temps.

Système 1 – Pensez vite

Le système 1, aussi appelé “cerveau émotionnel”, s’est développé comme le système limbique dans le cerveau des premiers humains. Un neuro-scientifique  a constaté que le système limbique était l’une des premières étapes de l’évolution du cerveau humain, développée dans le cadre de ses circuits de combat ou de vol. Par nécessité, nos ancêtres primitifs ont dû réagir rapidement au danger quand les secondes pouvaient signifier l’évasion ou la mort…

Le cerveau émotionnel est toujours actif, capable de prendre des décisions rapides avec peu d’information et un effort conscient. Il fabrique et refait continuellement des modèles (des cadres heuristique) du monde qui l’entoure, en s’appuyant sur les sens et les souvenirs d’événements passés.

Par exemple, un conducteur expérimenté coordonne la direction et la vitesse d’une automobile sur une autoroute vide presque sans effort, même de façon fortuite. Le conducteur peut simultanément poursuivre la conversation avec les passagers ou écouter la radio sans perdre le contrôle du véhicule.

Le cerveau émotionnel est aussi la source de l’intuition, cette “voix intérieure” ou sentiment instinctif que l’on ressent parfois sans être conscient des raisons sous-jacentes de son apparition. Nous comptons principalement sur ce système pour les centaines de décisions quotidiennes que nous prenons : que porter, où s’asseoir, identifier un ami. Paradoxalement, le Système 1 est source de créativité et d’habitudes.

Système 2 – Penser lentement

Le système 2, aussi appelé “cerveau logique”, est plus lent, plus délibéré et analytique, équilibrant rationnellement les avantages et les coûts de chaque choix à l’aide de toutes les informations disponibles. On pense qu’il est le centre de l’extraordinaire activité cognitive des humains.

Le système 2 était plus lent à évoluer chez les humains et nécessite plus d’énergie pour faire de l’exercice, ce qui indique que la vieille scie “Penser est difficile” est un fait.

Kahneman caractérise le système 2 comme “le moi conscient, raisonnant qui a des croyances, fait des choix, et décide ce à quoi penser et faire”. Il est responsable des décisions concernant l’avenir, tandis que le Système 1 est plus actif en ce moment.

Heureusement, le Système 1 fonctionne bien la plupart du temps ; ses modèles de situations quotidiennes sont exacts, ses prédictions à court terme sont généralement correctes et ses réactions initiales aux défis sont rapides et généralement appropriées.

Le Système 2 est plus contrôlé et analytique, fondé sur des règles surveillant continuellement la qualité des réponses fournies par le Système 1.

Notre cerveau logique devient actif lorsqu’il doit outrepasser un jugement automatique du Système 1. Par exemple, le conducteur précoce qui roule de façon décontractée est plus concentré lorsqu’il dépasse un semi-remorque sur une route étroite à deux voies ou dans un trafic dense, traitant activement les conditions changeantes et répondant par des actions délibérées.

Son effort mental s’accompagne de changements physiques détectables, tels que des muscles tendus, une accélération du rythme cardiaque et une dilatation des pupilles.

Le cerveau logique fonctionne normalement en mode faible effort, toujours en réserve jusqu’à ce que le système 1 rencontre un problème qu’il ne peut pas résoudre ou qu’il doit agir d’une manière qui ne vient pas naturellement.

La résolution du produit de 37 x 82 nécessite les processus délibérés du Système 2, tandis que la réponse à un simple problème d’addition, tel que la somme de 2 + 2, est une fonction du Système 1.

L’étude de 2004 des neuropsychologues  indique que le système 2 ne se développe pas complètement avant l’âge adulte. Leurs résultats suggèrent que la raison pour laquelle les adolescents sont plus susceptibles d’adopter des comportements à risque est qu’ils n’ont pas le matériel mental nécessaire pour peser rationnellement les décisions. Pour la plupart des gens, les deux systèmes fonctionnent ensemble de façon transparente, passant de l’un à l’autre selon les besoins.

Le style Buffett

L’Oracle d’Omaha est la clé de l’investissement pour comprendre et coordonner les deux systèmes de prise de décision. Buffett se fie au Système 1 pour rechercher intuitivement des investissements qu’il trouve attrayants et qu’il comprend…

Lorsqu’il décide d’un investissement possible, il recommande : “Si vous avez besoin d’un ordinateur ou d’une calculatrice pour décider si vous voulez investir, ne le faites pas, investissez dans quelque chose qui vous interpelle, – si ce n’est pas évident, quittez… Si vous ne connaissez pas l’entreprise, les données financières n’y changeront rien.”

Évitez les pièges de la pensée rapide

Les maîtres investisseurs comme Buffett simplifient leurs décisions en s’appuyant sur le Système 1, et il les sert bien dans la plupart des cas. Cependant, ils reconnaissent que leur système de prise de décision émotionnelle est également sujet aux biais et aux erreurs, notamment :

Cadrage mental

Nos cerveaux, équipés de millions d’entrées sensorielles, créent des “cadres” mentaux interprétatifs ou des filtres pour donner un sens aux données. Ces filtres mentaux nous aident à comprendre et à réagir aux événements qui nous entourent.

Le cadrage est un raccourci heuristique (un raccourci mental) qui fournit un moyen rapide et facile de traiter l’information. Les choix que nous faisons dépendent de notre point de vue ou du cadre dans lequel s’inscrit le problème. Par exemple, la recherche montre que les gens sont susceptibles de prendre une décision si le résultat est présenté avec une chance de 50% de succès et de déclin, si la conséquence est exprimée avec une probabilité de 50% d’échec, même si la probabilité est la même dans les deux cas.

La plupart des investisseurs ont tort de considérer le marché boursier comme un flux de données électroniques indépendantes des activités sous-jacentes que les données représentent. Le flux constant d’informations sur les prix, les économies et les opinions d’experts déclenche notre cerveau émotionnel et stimule des décisions rapides pour récolter des profits (plaisir) ou prévenir les pertes (douleur).

Buffett recommande aux investisseurs de ne pas considérer un investissement en actions comme “un morceau de papier dont le prix fluctue quotidiennement et est un candidat à la vente lorsque vous êtes nerveux.”

La pensée à court terme – Système 1 – mène souvent aux actions, sans investir dans une compagnie. Les négociateurs à la journée (Day traders), ceux qui achètent et vendent des actions au cours d’une session de marché unique, sont exceptionnellement infructueux aujourd’hui, selon des études universitaires :

  • 80% des day traders quittent au cours des deux premières années,
  • les commerçants actifs sous-performent la moyenne boursière de 6,5% annuellement,
  • seulement 1,6% des day traders font un bénéfice net chaque année.

Les données financières sont particulièrement susceptibles à un encadrement.  Les entreprises expriment toujours les résultats de manière positive, soit en augmentation par rapport aux résultats passés, soit en perte moindre que les périodes précédentes.

Les tendances peuvent être manipulées en fonction du point de comparaison et de l’intervalle de temps, et même les mots que nous utilisons pour décrire un choix établissent un cadre pour évaluer la valeur.

Des caractérisations telles que “forte croissance”, “retournement” ou “cyclique” déclenchent les stéréotypes subconscients que nous avons pour ces termes sans égard aux données financières sous-jacentes.

Buffett a appris à bien encadrer ses possibilités d’investissement pour éviter les résultats arbitraires et à court terme : ” Nous choisissons de tels investissements à long terme, en pesant les mêmes facteurs que ceux qui seraient impliqués dans l’achat de 100% d’une entreprise opérationnelle.”

Kahneman et Tversky ont déterminé que dans la prise de décision humaine, les pertes sont plus importantes que les gains. Leurs expériences suggèrent que la douleur de la perte est deux fois plus grande que le plaisir du gain. Le fait que les investisseurs sont plus enclins à vendre des actions avec profit que ceux avec perte, alors que la stratégie inverse serait plus logique, est la preuve du pouvoir de l’aversion pour les pertes.

Si Buffett vend rarement ses positions, il réduit ses pertes lorsqu’il réalise qu’il a commis une erreur de jugement. En 2016, M. Buffett a réduit considérablement sa position dans trois entreprises parce qu’il croyait qu’elles avaient perdu leur avantage concurrentiel.

Wal-Mart : Bien qu’il regrette de ne pas avoir acheté plus d’actions plus tôt, il est un investisseur de longue date dans l’entreprise. On pense que la raison des récentes ventes est due à la transition du marché de détail des magasins de briques et de mortier vers les magasins en ligne. Une étude a révélé que près de 80% des Américains d’aujourd’hui font des achats en ligne, contre 22% en 2000.

Deere & Co : Les achats initiaux de Buffett du fabricant d’équipement agricole ont commencé au troisième trimestre de 2012. En 2016, il possédait près de 22 millions d’actions à un coût moyen inférieur à 70 euros l’action. Il a liquidé ses actions au cours des deux derniers trimestres de 2016 alors que les prix étaient supérieurs à 88 euros l’action. M. Buffett a peut-être eu l’impression que le revenu agricole, qui a chuté de moitié depuis 2013 en raison de récoltes exceptionnelles à l’échelle mondiale, n’allait probablement pas s’améliorer, laissant le premier fournisseur d’équipement agricole incapable de continuer à accroître ses profits.

Verizon : Propriétaire de l’action depuis 2014, il a liquidé tout son poste en 2016, en raison d’une perte de confiance dans la direction après l’acquisition douteuse de Yahoo par la société et de la tourmente continue sur le marché des opérateurs mobiles.

Buffett et Munger pratiquent “l’assiduité, la capacité de s’asseoir sur ses fesses et de ne rien faire jusqu’à ce qu’une grande occasion se présente.” Les gens ont tendance à ignorer les statistiques et à se concentrer sur les stéréotypes. Lorsqu’on leur a demandé de choisir la profession appropriée d’un homme timide et renfermé qui s’intéresse peu au monde réel à partir d’une liste comprenant agriculteur, vendeur, pilote, médecin et bibliothécaire, la plupart des gens ont mal choisi bibliothécaire.

Leur décision ignore l’évidence : il y a beaucoup plus d’agriculteurs dans le monde que de bibliothécaires. Buffett se concentre sur la recherche des “inévitables”  de grandes entreprises aux avantages insurmontables, plutôt que de suivre la sagesse conventionnelle et les modèles de pensée acceptés que favorise le processus décisionnel du Système 1.

Dans sa lettre aux investisseurs de 1996, il définit Coca-Cola et Gillette comme deux sociétés qui “domineront leurs domaines dans le monde entier pendant toute la durée de leur investissement” et se méfie particulièrement des “imposteurs”, ces sociétés qui semblent invincibles mais ne disposent pas d’un réel avantage concurrentiel. Pour chaque inévitable, il y a des douzaines d’imposteurs. Selon Buffett, General Motors, IBM et Sears ont perdu leurs avantages apparemment insurmontables lorsque les valeurs ont décliné dans “la présence de l’orgueil ou de l’ennui qui a fait errer l’attention des gestionnaires”.

“Buffett reconnaît que les entreprises de haute technologie ou embryonnaires capturent notre imagination, et excitent notre cerveau émotionnel, par leur promesse de gains extraordinaires. L’évolution est la raison pour laquelle les humains se fient trop fortement à la première ou à un seul élément d’information qu’ils reçoivent, leur “première impression”.

Dans un monde de périls mortels, retarder l’action peut entraîner la douleur ou la mort. Par conséquent, les premières impressions restent dans nos esprits et influencent les décisions ultérieures. Nous croyons inconsciemment que ce qui s’est produit dans le passé se produira dans l’avenir, ce qui nous amène à exagérer l’importance du prix d’achat initial dans les décisions subséquentes de vendre un titre.

Les investisseurs prennent sans le savoir des décisions fondées sur des données d’ancrage, comme les cours boursiers antérieurs, les résultats des années antérieures, les projections consensuelles des analystes ou les opinions des experts, et les attitudes dominantes au sujet du cours des actions, tant à la hausse que à la baisse. Bien que certains caractérisent cet effet comme suivant une tendance, il s’agit d’un raccourci du Système 1 basé sur des informations partielles, plutôt que sur le résultat de l’analyse du Système 2.

Buffett va souvent à l’encontre de la tendance de l’opinion populaire, reconnaissant que “la plupart des gens s’intéressent aux actions quand tout le monde le fait. Le moment de s’intéresser, c’est quand personne d’autre ne s’y intéresse. Tu ne peux pas acheter ce qui est populaire et bien faire.”

Lorsqu’il prend une décision fondée sur des données historiques, il fait remarquer : “Si l’histoire passée était tout ce qu’il faut pour jouer au jeu de l’argent, les gens les plus riches seraient les bibliothécaires”.

L’approche de Buffett n’est ni de suivre le troupeau ni de faire volontairement le contraire du consensus. Que les gens soient d’accord avec son analyse n’est pas important. Son objectif est simple : acquérir, à un prix raisonnable, une entreprise dont l’économie est excellente et la gestion honnête et compétente. Bien que considérant IBM comme un “imposteur” en 1996, Berkshire Hathaway a commencé à acquérir le titre en 2011, ajoutant constamment à la position de Buffett au fil des ans.

Bien que son analyse demeure confidentielle, M. Buffett croit que les investisseurs ont minimisé trop sévèrement l’avenir d’IBM et n’ont pas remarqué que sa transition vers une entreprise dans les nuages pourrait mener à de meilleures perspectives de croissance et à un degré élevé de fidélisation des clients.

La position croissante d’IBM, qui a quadruplé depuis l’achat initial, prouve que Buffett n’a pas peur de prendre des mesures lorsqu’il est à l’aise avec son analyse : “Les occasions se présentent rarement. Quand il pleut de l’or, sortez le seau, pas le dé à coudre”.

Les humains ont tendance à estimer la probabilité qu’un événement se produise en fonction de la facilité avec laquelle il vient à l’esprit. Par exemple, une étude de 2008 sur les ventes de billets de loterie a montré que les magasins qui vendent des billets de loterie gagnants annoncés connaissent une augmentation de 12% à 38% des ventes pendant une période pouvant aller jusqu’à 40 semaines après l’annonce du gagnant.

Les gens visitent les magasins qui vendent un billet gagnant plus souvent en raison du rappel facile du gagnant et du fait que le lieu est “chanceux” et plus susceptible de produire un billet gagnant que dans un magasin plus pratique en bout de rue, ce biais a souvent des conséquences sur la décision des investisseurs.

En d’autres termes, les perceptions des investisseurs sont en retard sur la réalité. L’élan, qu’il soit à la hausse ou à la baisse, se poursuit bien au-delà de l’émergence de faits nouveaux. Les investisseurs qui subissent des pertes tardent à réinvestir, restant souvent sur la touche jusqu’à ce que les prix aient récupéré la majeure partie de leur baisse (pessimisme irrationnel).

Le S&P 500 a chuté de 57% entre la fin de 2007 et mars 2009, ce qui a dévasté les portefeuilles d’investisseurs et liquidé les actions et les fonds communs de placement. Même si l’indice avait récupéré ses pertes au milieu de l’année 2012, les investisseurs individuels n’avaient pas retrouvé leurs placements en actions, ni en espèces, ni en obligations moins risquées, comme le faisait remarquer Liz Ann Sonders, stratégiste en chef chez Charles Schwab & Co.

A l’époque : “Même après trois ans et demi de hausse et les gains enregistrés depuis juin[2012], cette psychologie de la peur ne s’est pas rétablie”.

Buffett a toujours essayé de suivre les conseils de son mentor, Benjamin Graham, qui disait : “N’achetez pas sur l’optimisme[ou vendez par pessimisme], mais sur l’arithmétique”. M. Graham préconise une analyse objective, et non des émotions, lors de l’achat ou de la vente d’actions.

“À court terme, le marché est une machine à voter[émotionnelle], mais à long terme, c’est une machine à peser[logique].” Nous avons tendance à évaluer les probabilités en fonction de nos sentiments sur les options. En d’autres termes, nous jugeons une option moins risquée uniquement parce que nous la favorisons et vice versa.

Ce biais peut amener les gens à acheter des actions de leur employeur alors que d’autres investissements seraient plus appropriés à leurs objectifs. Par exemple, Buffett a investi 307 millions d’euros dans des actions privilégiées de U.S. Airways en 1989, alors qu’il croyait que les compagnies aériennes et les fabricants de lignes aériennes avaient toujours été un piège mortel pour les investisseurs.

L’investissement a fait suite à un dîner avec Ed Colodny, le PDG de la compagnie aérienne, qui a impressionné Buffett. Certain que les actions privilégiées étaient sûres et que la compagnie aérienne avait un coût de siège compétitif (environ 12 cents le mille), il a fait l’investissement, et Buffett a admis plus tard que son analyse “était superficielle et erronée”, peut-être en raison de son hub et de ses semblables pour Colodny.

Une compagnie aérienne du Texas (Southwest Airlines) a par la suite perturbé l’équilibre concurrentiel de l’industrie avec des coûts de sièges de 8 cents le mille, ce qui a incité Berkshire Hathaway à déprécier son investissement de 75%.

Buffett a eu la chance de réaliser un profit important sur cet investissement (189,67 millions d’euros), principalement parce que la compagnie est revenue, par la suite et de façon imprévue, à la rentabilité, a payé les dividendes accumulés et a pu rembourser ses actions privilégiées.

Mot de la fin

Le style de placement de M. Buffett a été critiqué par plusieurs au fil des décennies. Les adeptes des tendances et les traders sont particulièrement critiques à l’égard de son bilan et de sa philosophie, affirmant que ses résultats sont le résultat de “la chance, étant donné le nombre relativement faible de transactions qui l’ont rendu si riche”, a déclaré Michael Steinhardt, gestionnaire de hedge funds, que Forbes appelé “Le plus grand trader de Wall Street”, lors d’une interview pour CNBC, que Buffett est “le meilleur RP de tous les temps”.

Avant de suivre les conseils de ceux qui s’empressent de condamner le style de placement de Buffett, il convient de noter qu’aucun gestionnaire de fonds n’a réussi à égaler le record de Buffet au cours des 60 dernières années. Bien que les rendements de Steinhardt soient semblables à ceux de Buffett, ceux de Steinhardt ont été de 28 ans, soit moins de la moitié du cycle de Buffett, et malgré leur antipathie, les deux hommes seraient d’accord pour dire que le processus décisionnel du Système 2 est essentiel au succès des investissements.

Steinhardt, dans son autobiographie “No Bull : My Life In and Out of Markets”, a déclaré que ses résultats exigeaient “d’en savoir plus et de mieux percevoir la situation que les autres…”.

Atteindre un niveau de compréhension qui permet de se sentir bien informé sur le plan de la concurrence bien avant les changements dans les points de vue “de la rue”, même en anticipant des changements mineurs du cours des actions, peut parfois justifier des investissements impopulaires, affirme M. Buffett, qui semble d’accord pour prendre le temps de l’introspection et de réfléchir.

“J’insiste pour qu’on passe beaucoup de temps, presque tous les jours, à s’asseoir et à réfléchir. C’est très rare dans le monde des affaires. Je lis et je réfléchis et je prends moins de décisions impulsives que la plupart des gens d’affaires.”

A lire en complément :
Brexit, la France met en place un plan de “non-deal”

Facebook
Google+
https://www.nws-online.org/comment-warren-buffett-prend-des-decisions-le-secret-de-son-succes-d-investissement">
Twitter
Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!