Brexit, la France met en place un plan de “non-deal”

Le Premier ministre français Edouard Philippe a déclaré qu’un Brexit sans accord avait l’air “de moins en moins improbable” et a lancé un plan d’urgence pour s’y préparer.

Après que le Parlement britannique eut rejeté l’accord de retrait, M. Philippe a déclaré que des lois devaient être adoptées et que des millions de dollars devaient être investis dans les ports et les aéroports français.

Un responsable de l’UE se rendra dans les 27 capitales pour coordonner les plans de non-accord.

Les pays de l’Union Européenne qui entretiennent des relations étroites avec le Royaume-Uni ont déjà commencé à préparer son départ le 29 mars sans aucun accord.

“Nous prenons cela très au sérieux maintenant, car la possibilité d’un Brexit sans accord est de plus en plus possible après mardi soir”, a déclaré la porte-parole de la Commission européenne, Margaritis Schinas. “Ce travail est en cours et se développe pleinement. Nous ne prenons aucun risque.”

Elle a également révélé que le président de la Commission, Jean-Claude Juncker et la première ministre britannique, Theresa May, s’étaient envoyé un texto depuis sa défaite au Parlement mardi, mais qu’ils ne s’étaient pas exprimés.

Le ministre allemand de l’Economie, Peter Altmaier, a averti que “tout le monde en Europe perdrait” d’un départ sans accord du Royaume-Uni.

Comment les gouvernements européens se préparent-ils ?

Les pays avec les liens commerciaux les plus proches sont les plus exposés, notamment l’Irlande, les Pays-Bas et l’Allemagne.

La France se préparait déjà pour le 29 mars et M. Philippe a déclaré qu’une loi fournirait un cadre juridique à un “Brexit de force”.

Quelque 50 millions d’euros (44 M £, 57 M $) seraient investis dans les ports et les aéroports, en se concentrant sur les points de contrôle et les aires de stationnement, avec la possibilité de nommer 580 agents des douanes et vétérinaires.

Le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar, a informé le Dáil (parlement irlandais) des projets du gouvernement de Dublin en vue de l’adoption d’une loi sur un Brexit sans accord, le 15 janvier.

L’Irlande a les liens les plus étroits avec le Royaume-Uni et une grande partie des activités non prioritaires du gouvernement sont abandonnées au profit de mesures concernant la santé, les communications, l’éducation, la finance, l’emploi et la justice.

Sigrid Kaag, ministre néerlandaise du Commerce extérieur, a déclaré le 16 janvier soir que les Pays-Bas lançeraient une grande campagne d’information le 28 janvier.

“Après l’Irlande, l’économie néerlandaise est étroitement liée à celle du Royaume-Uni”, a-t-elle déclaré, citant la pêche, la transformation de la viande et les exportations de fleurs. Elle a averti que de nombreuses petites et moyennes entreprises n’avaient pas réussi à se préparer suffisamment pour un Brexit sans accord.

La ministre allemande des Affaires étrangères, Heiko Maas, a déclaré jeudi que les plans pour un Brexit non conforme devraient être intensifiés.

“Dans les jours et les semaines à venir, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que la Grande-Bretagne se retire avec ou sans un accord”, a-t-il déclaré au Bundestag (parlement allemand).

L’Espagne a déclaré le 17 janvier que la dotation en personnel des bureaux de l’immigration serait renforcée si le Royaume-Uni quittait l’UE sans un accord. Quelque 310 000 citoyens britanniques vivent en Espagne et devraient confirmer leur résidence dans le cadre d’un Brexit sans accord, ont annoncé des responsables.

Le ministre espagnol du Travail a déclaré que les deux pays entretenaient des relations “étroites et solides” et qu’ils travaillaient sur un accord bilatéral.

Que fait le Premier ministre britannique ?

Theresa May a présenté un nouveau plan de retrait au Parlement de l’UE le 21 janvier, avant le vote des députés quelques jours plus tard.

Ses collègues du Cabinet doivent rencontrer des responsables politiques de l’opposition, mais le chef du parti travailliste, Jeremy Corbyn, a refusé de négocier à moins qu’un Brexit sans accord ne soit exclu.

Le président du Parti conservateur, Brandon Lewis, a exclu toute discussion sur la possibilité de rester dans une union douanière.

M. Corbyn a déclaré que les démarches du premier ministre envers les autres partis étaient un “coup monté”.

Le leader du parti travailliste a exhorté Mme May à “abandonner les lignes rouges” et à “prendre au sérieux les propositions pour l’avenir”.

Lire également :
Comment les joueurs de rugby gardent-ils la forme ?

Facebook
Google+
Twitter
Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!