Isolation extérieure : quels sont les techniques ?

Votre maison se trouve-t-elle en chantier ? ou souhaitez-vous plutôt rénover celle dans laquelle vous passez actuellement vos jours ? Bonne idée ! Et si vous pensiez à mettre en place une isolation thermique extérieure ? Cela permettra d’améliorer considérablement l’isolation acoustique et thermique. Vous pourrez d’ailleurs obtenir jusqu’à 25% de réduction sur vos factures de chauffage. Découvrons alors dans cet article toutes les techniques à utiliser pour y arriver.

La technique d’isolation sous enduit

Plusieurs techniques sont utilisées pour réaliser une isolation extérieure. Parmi celles-ci, on a la technique d’isolation sous enduit. En effet, elle consiste à fixer sur les murs extérieurs de la maison, une couche d’isolant thermique. Celle-ci sera par la suite recouverte d’un enduit de finition. Avec la suppression des différents ponts thermiques, cette méthode répond à la Réglementation thermique 2012. En outre, pour réaliser une isolation extérieure sous enduit, trois possibilités sont envisageables :

A lire aussi : Les plans de travail en quartz : très beaux, mais dangereux pour la santé des artisans

  • La pose collée: elle nécessite le collage des panneaux isolants rigides sur les murs extérieurs. Dans le cas d’une rénovation, il faut que le support soit décapé pour une bonne adhérence de la plaque ;
  • La pose collée cheville: il s’agira de coller le panneau isolant sur la paroi à l’aide d’un mortier. Ensuite, il faut effectuer une fixation avec des chevilles traversantes ;
  • La fixation mécanique par profilés: elle requiert l’utilisation des plaques de polystyrène expansé blanc, notamment sur un support plat. Les panneaux doivent être encadrés de rails de maintien en PVC, soit sur 2 côtés, soit sur 4.

Après avoir effectué l’une ou l’autre de ces possibilités, l’étape suivante ou la dernière étape est la finition. À ce niveau, il faut appliquer l’enduit de finition à même l’isolant. Il faut procéder au vêtage, c’est-à-dire le collage d’un revêtement en bois, ardoise ou zinc sur l’isolant. Enfin, il faut fixer le bardage sur une ossature en métal ou en bois.

L’isolation thermique extérieure sous bardage

L’isolation thermique extérieure sous bardage est une autre technique à exploiter pour réussir l’isolation extérieure. Contrairement à la méthode précédente, elle revient à fixer sur les murs extérieurs une ossature métallique. Dans cette dernière, il sera ensuite fixé des panneaux isolants avant que ceux-ci ne soient recouverts d’un bardage. À cet effet, il faut préciser que le bardage et l’isolant sont séparés grâce à une lame d’air respirante. Cela permet de limiter le risque d’humidité.

A lire également : Pourquoi installer un visiophone chez soi ?

L’isolation extérieure avec vêtures/vêtages

L’isolation extérieure peut être également réalisée à partir d’une vêture ou d’un vêtage. Ces derniers sont composés d’un panneau isolant et d’un parement fixé sur le mur extérieur de la maison. La particularité de cette méthode réside dans le fait que la vêture sera désolidarisée avec l’isolant. En revanche, notons que le vêtage ne vit pas aux dépens de ce dernier.

L’isolation extérieure à double mur

L’isolation extérieure à double mur est une technique rarement utilisée qui permet cependant de réaliser une isolation extérieure. En effet, elle consiste à mettre autour du bâtiment à isoler un second mur. Après cela, l’isolant est mis entre les deux murs. D’aucuns parlent d’une « prise en sandwich » de l’isolant entre les pans.

Zoom sur le coût de l’isolation des murs par l’extérieur

Le prix d’une isolation extérieure est fixé selon plusieurs facteurs tels que :

  • La technique mise en œuvre;
  • Le type d’isolant employé ;
  • Le niveau de finition;
  • L’expertise du professionnel ;
  • La complexité du chantier.

Cependant, pour isoler les murs sous enduit, prévoyez en moyenne un budget compris entre 110 € / m2 et 180 €/ m2. Pour une isolation sous bardage, vous pourrez débourser entre 140 €/ m2 et 230 €/ m2. Par ailleurs, il existe plusieurs aides à la rénovation qui participe au financement des travaux d’ITE. C’est le cas de la Prime Effy et MaPrimeRénov’ qui permettent respectivement d’obtenir jusqu’à 8 €/ m2 et 75 €/ m2.