Comment Birmingham City s’est défendue contre la vraie tempête

Birmingham se débattait dans l’oeil d’une tempête parfaite. Les actions d’un fan malhonnête, sautant de son siège dans le Tilton Road Stand, pour frapper Jack Grealish les avait fait ressembler à des parias.

Des dépenses excessives inconsidérées sous la direction de Gianfranco Zola et Harry Redknapp, entraînant des pertes de plus de 48 millions de livres sterling, avaient enfreint les règles de viabilité financière de la Football League et déclenché une déduction de neuf points.

Pour une troisième saison consécutive, le deuxième club de la deuxième ville a dû faire face à une lutte acharnée pour survivre à la chute en troisième division. Au-delà de St Andrew’s se trouvent des succursales de B&M Bargains, Poundland et Iceland, qui semblent être un bon rappel de l’endroit où Birmingham City devra faire ses courses.

Victoire surprise

Au milieu de tout cela, Birmingham avait perdu cinq matches consécutifs. Non seulement ils avaient perdu le derby contre Aston Villa, mais ils avaient pris une avance de deux buts contre West Bromwich Albion, puis vu West Brom marquer de leurs trois seuls tirs au but…

La colère, la frustration, la prise de conscience qu’une autre saison était arrivée, c’était partout dans les rues de St Andrew’s. Dans les pages de Made in Brum, un poison particulier était réservé à Alan Shearer et Gary Neville, qui avaient fait valoir que Birmingham devait être punie par une autre déduction de points pour l’agression de Grealish, puis, contre toute attente, ils ont battu Leeds et ils auraient pu les battre par une marge supérieure à 1-0.

En septembre, après avoir connu le pire début de saison de leur histoire (huit matchs, pas de victoires) ils s’étaient rendus à Elland Road et l’avaient emporté 2-1.

Che Adams avait marqué les deux buts. L’ironie, c’est que si Birmingham n’avait pas été soumise à des restrictions financières par la Football League, ce qui les a empêchés d’acheter un remplaçant, ils auraient peut-être été tentés d’accepter des offres pour Adams de Burnley et Southampton au moment du transfert en janvier.

Confiance et conviction

“La clarté est ce dont nous avons toujours eu besoin”, a déclaré Garry Monk, le manager de Birmingham. “Nous savions qu’une décision allait être prise par la League [sur les dépenses excessives], ce qui est malheureux, c’est que c’est arrivé si tard dans la saison.

“Notre objectif a toujours été de ne pas combattre la relégation le dernier jour de la saison, qui a été notre lot pendant les deux dernières années. Il y a quelques semaines, je pensais que nous avions atteint cet objectif, puis nous avons dû recommencer à neuf points et tout recommencer. Ce que je dirais, c’est qu’au cours de cette série de cinq défaites, la confiance et la conviction ont été là, ce qui est inhabituel parce que, quand on commence à perdre des matches comme nous, d’abord la confiance, puis la conviction.”

Il y a deux ans, Monk était chargé des Leeds qui ont trébuché  en se mettant dans la peau des play-offs. Sur les 20 cadres qu’ils avaient employés depuis qu’ils avaient été relégués de la Premier League en 2004, il avait, jusqu’à l’arrivée de Marcelo Bielsa, semblé être le meilleur choix. En mai 2017, Monk avait démissionné pour rejoindre Middlesbrough, où il semblait y avoir plus d’argent et plus de chances de jouer en Premier League…

Au milieu des ateliers et des unités industrielles qui entourent St Andrew’s, il y a peu de chance que la saison prochaine commence. Cependant, alors qu’il frappait dans les airs et embrassait ses joueurs, comme Pontus Jansson et Pablo Hernandez qu’il avait achetés à Leeds, Monk savait que la vraie tempête commençait à se dissiper d’elle-même.

A découvrir également :
Qu’est-il arrivé aux prix du pétrole en 2017 ?

Facebook
Twitter
Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!