Bacs de rétention en plastique : quelles normes ?

Un bac de rétention est un équipement qui sert à supporter différents réservoirs qui contenant des produits dangereux ou qui peuvent polluer l’environnement. Ce type de bac a pour but de protéger les usagers et l’environnement, tout en veillant à ce que l’espace de travail reste propre. Pour bien choisir son équipement, il est important de tenir compte des normes.

Comment choisir son bac de rétention ?

Pour être tout fait conforme à la loi, il est nécessaire de prendre en compte le type de produit qu’il faut stocker dans le bac. Il faut savoir qu’il existe deux types de bacs de rétention proposés par www.mdm.fr : le bac en polyéthylène et le bac en acier galvanisé. Pour les produits polluants, nocifs, toxiques ainsi que les produits chimiques agressifs, il faut opter pour un bac à rétention en polyéthylène. À noter que ce type de bac ne convient pas aux produits inflammables.

A lire également :
Quelles sont les meilleures sources d’information pour suivre l’actualité ?

Pour stocker les solvants, les huiles, les hydrocarbures, les peintures ainsi que les produits inflammables et polluants, il faut choisir le bac en acier galvanisé. Il faut savoir que ce type de contenant ne convient pas aux produits chimiques corrosifs et ne doit pas être utilisé pour les stocker. Il convient aussi de vérifier la compatibilité des liquides à stocker pour éviter les réactions chimiques indésirables et choisir le contenant approprié pour respecter les règles de sécurité et d’hygiène en vigueur.

A lire en complément :
Destination obligée pour les touristes Geek ? La Silicon Valley, bien sûr !

La réglementation sur les bacs de rétention

L’utilisation du bac de rétention est désormais obligatoire, un arrêté a été déposé le 04/10/10 pour légiférer cette utilisation. Pour la rétention, il faut se référer aux textes de l’arrêté du 2 février 1998 relatifs aux prélèvements et à la consommation d’eau ainsi qu’aux émissions de toute nature des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE).

Il existe trois cas de figure :

Les ICPE qui sont soumises à autorisation

Elles doivent respecter les dispositions des deux arrêtés cités précédemment. Pour le stockage de récipients qui ont une capacité individuelle de moins de 250 litres, la rétention doit être effectuée comme suit :

Pour les produits inflammables, excepté les lubrifiants :

♦ Jusqu’à 800 litres de stockage : 100 % de rétention

♦ De 800 à 1600 litres : 800 litres de rétention

♦ Au-delà de 1600 litres : 50 % de rétention

Pour les autres liquides :

♦ Jusqu’à 800 litres de stockage : 100 % de rétention

♦ De 800 à 4000 litres : 800 litres de rétention

♦ Au-delà de 4000 litres : 20 % de rétention

Pour le stockage avec au moins un récipient dont la capacité est supérieure à 250 litres, la rétention doit représenter 100% de la capacité du plus grand contenant ou la moitié de la capacité totale stockée.

Pour les autres ICPE

Les ICPE qui ne sont pas soumises à autorisation, mais à seulement à une déclaration, doivent se conformer aux arrêtés préfectoraux selon leurs activités.

Les installations non classées

Enfin, pour les installations non classées, il n’existe aucune loi, néanmoins, la règle à respecter est que le volume de rétention doit être au moins égal à 50% de la capacité totale de stockage sans être inférieur à la capacité du plus gros récipient.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!